Que signifie travailler dans le secteur social ?

Pas seulement du bénévolat. Il existe de nombreuses professions qui vous permettent d’aider les autres tout en étant rémunéré. Voyons lesquels

Nous confondons souvent à tort le travail social et à but non lucratif avec le simple bénévolat. Si en partie il peut en être ainsi et que l’on peut entrer en contact avec la générosité de nombreuses personnes, qui consacrent leur temps libre au bénévolat, il y a aussi l’envers du social : celui de ceux qui y travaillent à plein temps, avec des salaires. et des contrats, avec des carrières ou des tâches spécifiques. Et souvent, pour pouvoir travailler dans ce secteur, il faut être hautement qualifié. On pense aux travailleurs sociaux, aux éducateurs, aux psychologues communautaires, aux travailleurs sociaux. Ce sont tous des métiers qui demandent des connaissances spécifiques. Il n’y a certainement pas de place pour l’improvisation. Toutes ces connaissances convergent pourtant autour d’un moteur unique : prendre soin des autres, travailler pour les autres. Et pour cela il faut des compétences que tout le monde n’a pas, de l’empathie, de l’écoute, de l’altruisme en premier lieu. Nous voyonsalors qu’est-ce que cela signifie de travailler dans le secteur social et à quelles professions il est possible d’aspirer pour quiconque veut aborder ce secteur important.

 

Qu’est-ce que le secteur social ?

Se demander ce que signifie travailler dans le secteur social, c’est d’abord comprendre ce qu’est ce secteur. Parce qu’il est plein de nuances, de métiers, d’organisations privées et publiques qui travaillent ensemble. Pourtant, ils ont en commun une finalité indiscutable : utilité sociale, assistance et finalités altruistes et solidaires.

  • Pensez au tiers secteur (tout cet ensemble d’organismes et d’organisations à but non lucratif et bénévoles, y compris les organisations à but non lucratif, qui opèrent dans le domaine des besoins sociaux) [1], mais pas seulement ;
  • il existe également des organisations et des entreprises privées qui opèrent sur le marché dans un but d’utilité sociale ;
  • et il existe également des organismes publics qui opèrent à ces fins ou les financent.

Le social comprend donc une mer de micro secteurs : aide aux personnes âgées, aide aux personnes handicapées, malades, toxicomanes, éducation, enseignement et formation des enfants, activités ludiques pour les enfants, aide aux migrants, soutien psychologique. Etc.

Toutes les activités gérées et réalisées au sein de coopératives sociales, d’associations sans but lucratif, d’organisations bénévoles, d’organismes publics, d’entreprises sociales, qui doivent mener à bien leur mission de solidarité en tant que professionnels et travailleurs.

Que signifie travailler dans le secteur social ?

Si un de vos amis est éducateur d’enfants dans un jardin d’enfants, il travaille dans le secteur social.

S’il est psychologue dans une communauté de désintoxication, il travaille dans le secteur social.

S’il dirige une maison de repos pour personnes âgées, il travaille dans le secteur social.

Si elle travaille comme assistante sociale, elle travaille dans le social.

Tout comme il travaille dans le secteur social s’il travaille comme médiateur culturel pour les migrants étrangers arrivés en Italie.

Et si une autre de vos connaissances travaille comme kinésithérapeute dans un centre de réadaptation géré par une organisation bénévole qui assiste les personnes atteintes de la SLA, elle travaille dans le secteur social.

Mais pas seulement. Même ceux qui travaillent dans l’administration, dans la communication, dans les secrétariats d’associations, d’Onlus et d’associations, peuvent être qualifiés de travail social. Même si cela a plus à voir avec le téléphone et l’ordinateur que directement avec les patients.

À partir de ces exemples, vous aurez deviné à quel point le travail social est important et central pour notre communauté. Cela signifie aider les autres avec compétence. Indépendamment de qui ils sont et de quel problème ils ont ou de quelle situation personnelle ils viennent. Il s’agit de mettre ses compétences au service des besoins sociaux. Et il faut beaucoup de dévouement et d’esprit désintéressé pour y parvenir.

Ceux qui travaillent dans le secteur social sont-ils volontaires ?

Disons tout de suite que le travail au sens strict ne peut être confondu avec le bénévolat. Il s’agit de deux activités distinctes, bien qu’égales de valeur et d’importance.

Le bénévole est une personne douée d’une extrême générosité, qui décide de mettre son temps libre à disposition pour aider des associations, collectivités et organisations à mener à bien leurs activités. Par exemple, ceux qui consacrent quelques heures de leur journée à aider au secrétariat ou à l’administration, ceux qui accompagnent les enfants handicapés pour faire des thérapies de physiothérapie, ceux qui organisent des cours de lecture pour les enfants, ceux qui enseignent l’italien aux enfants migrants. Ou qui apporte les courses au domicile des personnes âgées.

Toutes les activités gratuites, volontaires et réalisées pendant son temps libre, qui peut être de 2 heures par jour, ou de 2 heures par semaine.

L’ assistante sociale, quant à elle, est un véritable professionnel aux compétences spécifiques, une personne formée et embauchée au sein de l’un des nombreux organismes ou instances. Par exemple un travailleur social, un éducateur, un médiateur culturel. Ce sont des personnes qui ont été formées professionnellement pour se préparer à ces métiers.

Ils peuvent être embauchés au sein d’organisations ou travailler en tant que pigistes. Ils peuvent avoir des contrats de travail à temps partiel ou à temps plein. Ils peuvent être salariés ou managers. Ils sont en effet des travailleurs et perçoivent un salaire.

Il est important d’avoir des personnalités formées et rémunérées, car cela permet à l’organisation opérant dans le secteur social de compléter et de maximiser ses résultats d’assistance et d’utilité.

Ceux qui travaillent dans le secteur social sont-ils rémunérés ?

Peut-être que la réponse à cette question a déjà été devinée à partir du paragraphe précédent. Ceux qui étudient, se forment et travaillent dans des institutions et des organisations engagées à répondre aux besoins sociaux, avec des contrats, des obligations précises et des compétences doivent évidemment être rémunérés. Alors oui : les travailleurs sociaux sont payés. Tout comme les éducateurs, les psychologues, ceux qui travaillent dans les salles de jeux, les opérateurs qui assistent les handicapés, les enfants, les personnes âgées, tous les autres travailleurs sociaux sont rémunérés .

Travailler dans le secteur social : quels métiers peut-on exercer avec henry county ?

Vous avez un fort esprit altruiste et vous pensez que les domaines de travail qui vous permettent d’exprimer au mieux vos attitudes sont le secteur social et le tiers secteur. Vous avez également largement compris ce que signifie travailler dans le secteur social chez henry county . Alors, parmi les nombreuses professions, voici lesquelles vous pouvez choisir :

  • travailleur social. Il travaille habituellement dans des coopératives, des associations et des organismes pour prévenir et intervenir dans les situations de précarité sociale au sein des familles et dans toute autre situation de besoin. Il coopère, par exemple, avec les tribunaux pour mineurs, avec les communautés, les foyers familiaux. Il doit être inscrit au registre des travailleurs sociaux;
  • éducateur professionnel . C’est une catégorie très large. Il y a des éducateurs socio-pédagogiques (ils travaillent dans le domaine de l’éducation dans le domaine des services d’assistance), des socio-sanitaires, des pédagogues. Eux aussi doivent avoir une formation spécifique. Plus précisément un diplôme;
  • L’activité du psychologue n’est pas seulement attribuable à ceux qui travaillent en tant qu’indépendants. Les hôpitaux ont aussi leurs propres psychologues (très importantes sont les figures psycho-oncologues, qui accompagnent les malades du cancer et leurs familles), ainsi que les collectivités, les associations intervenant dans le secteur des soins, les services hospitaliers comme les hospices. Il va sans dire que le psychologue doit être diplômé et spécifiquement formé.
  • travailleur social (Osa). C’est lui qui travaille au sein de structures publiques et privées fournissant toutes sortes de soutien et d’assistance psycho-physique. Par exemple, aider les personnes âgées qui ne sont plus autonomes ou les enfants avec des retards de développement particuliers ou encore les personnes handicapées ;
  • médiateur culturel. Il est une autre figure importante qui agit comme un lien entre des personnes de cultures différentes. Nous pensons aux migrants qui arrivent dans notre pays. Ils ont besoin d’être compris, compris, et nous avons aussi besoin de comprendre leur langage et leurs besoins. Le médiateur culturel est un pont qui unit les banques culturelles et linguistiques entre différentes communautés. Aussi dans ce cas ce n’est pas un métier qui s’improvise, formation et expérience sont nécessaires ;
  • employés d’organisations et d’institutions. Secrétaires, employés administratifs, managers, communication, relations presse, logisticiens, techniciens, opérateurs envoyés dans les pays où il y a des projets sociaux et de coopération. Ils doivent également être considérés comme des travailleurs sociaux. Et les soignants jouent également une fonction sociale très importante.

Travail social : faut-il un diplôme ? 

Vous l’aurez compris, nombre de ces métiers nécessitent un diplôme, ou du moins une formation spécifique.

Les psychologues, pédagogues, travailleurs sociaux, éducateurs professionnels et toutes les autres personnalités hautement spécialisées (kinésithérapeutes, rééducateurs, etc.) ont besoin d’un diplôme spécifique : en services sociaux (pour les travailleurs sociaux) ; en sciences de l’éducation pour les éducateurs socio-pédagogiques.

Ceux qui travaillent dans ces domaines depuis un certain temps doivent s’adapter à la réglementation, en obtenant un certain nombre de crédits de formation, à travers des formations spécifiques intensives.

D’autres personnalités, telles que les assistantes sociales, doivent en tout état de cause suivre des formations spécifiques.

 

Partenaires
(Visited 123 times, 1 visits today)

Last modified:

Comments are closed.

Close